[interview] Teinture Sauvage

Par Poppy&Daisy le 4 février 2019 dans Actualité, Artistes & Créateurs, Interviews, Découvertes

A la suite de l'interview de By Night proposée par Stordigot, je souhaite vous partager aujourd'hui le travail d'une autre teinturière de laine 100% végétale : Céline de Teinture Sauvage.

Au travers de ses belles photos toujours très travaillées, où l'on sent une forte inspiration des plantes et de la nature, les écheveaux de Teinture Sauvage nous entraînent dans des coloris profonds, chauds et naturels.

 

Qu'est-ce qui t'as donné envie de teindre ?

L’amour  des plantes. J’ai toujours été attirée par la nature et la richesse de sa biodiversité. Les plantes sauvages et celles qu’on nomme les « simples », les plantes aromatiques et médicinales, ont particulièrement suscité ma curiosité. Leur composition chimique fait d’elles des plantes aux multiples vertus que l’on redécouvre aujourd’hui : elles sont bonnes à manger, elles peuvent soulager certains maux, et elles peuvent faire de la couleur.

Comment t'es-tu formée à la teinture végétale ?

La teinture végétale c’est avant tout une approche empirique et expérimentale. J’ai commencé par expérimenter la teinture par fermentation : un procédé de teinture très écologique qui ne nécessite aucune source d’énergie si ce n’est celle du soleil. C’est un processus simple mais long qui alterne une succession de bains acides et de bains alcalins. On obtient des nuances très douces et subtiles. J’ai ensuite suivi un stage avec Michel Garcia, un expert de la teinture végétale. Et puis, j’ai beaucoup fait par moi-même, en essayant de comprendre l’alchimie des plantes.

Tu fais le choix de teindre uniquement avec des plantes (sans additifs de synthèse pour la fixation de la couleur). Tu peux nous expliquer un peu plus ce procédé ?

Oui j’ai fait ce choix. Ce qui va permettre à la plupart des colorants naturels des plantes de tenir sur la fibre, c’est le mordant. Pour faire simple, ce sont les ions métalliques qui font office de mordant en créant une affinité entre le colorant et la fibre. Il y en a dans les plantes, les roches, les pierres …. 

En teinture végétale, c’est le sel d’aluminium qui est traditionnellement utilisé comme mordant. Il est soit d’origine naturelle (alun de potassium) soit synthétisé (le sulfate d’aluminium). Dans les deux cas, il est issu d’un minerai, l’aluminium, naturellement présent dans la croûte terrestre, ressource naturelle non renouvelable. Pour être cohérente dans ma démarche, je préfère utiliser des matières premières renouvelables, comme les feuilles de symplocos, naturellement riches en alumine organique. Je les utilise comme mordant.

Le processus est long : la première étape consiste à extraire les principes actifs du mordant végétal par une décoction, puis un premier bain des fibres à teindre dans ce jus de décoction. Ensuite vient l’étape de la teinture proprement dite, avec en principe une décoction des plantes tinctoriales pour en extraire les colorants. Le jus récolté servira pour le bain de teinture avec les fibres préalablement « mordancées » dans le premier bain. Et comme j’adore travailler les plantes, je termine avec un dernier bain de plantes riches en saponines pour laver les fibres.

Au final, existe-t-il une différence entre deux écheveaux (l'un coloré par cette technique 100% naturelle et l'autre par celle utilisant des sels métalliques) sur le travail durant le tricot, le rendu ou bien la longévité du coloris ?

Non si le procédé a été correctement mis en œuvre. La seule différence est dans les nuances des couleurs que l’on obtient. C’est le mystère de l’alchimie des plantes ! Un mystère qui stimule ma curiosité et qui fait de la teinture végétale une expérience si excitante !

Avec quels laines (ou fils) travailles-tu ?

Je ne travaille qu’avec des laines non traitées superwash. L’idée de porter un tricot fait uniquement de laine et de plantes me réjouit. Une richesse de la nature que l’on respecte sans la dénaturer. Bon, c’est ma « philosophie». Je suis aussi soucieuse de l’origine des laines. Certaines filières laines permettent à des populations qui ont une tradition d’éleveurs de continuer à vivre, comme celles du Pérou et de la Mongolie, pour l’alpaga, le chameau ou le yack. Ce sont des laines que j’apprécie de travailler.  Je privilégie aussi les fils de fabrication française.

Comment trouves-tu les plantes ?

Beaucoup de plantes peuvent être utilisées en teinture végétale. Les plantes de nos campagnes, nos jardins, et même de nos villes peuvent offrir de la couleur. J’ai commencé par cueillir autour de chez moi, dans mon potager, choux rouge, rhubarbe, tanaisie, origan, cosmos sulfureux ; autour de chez moi, sureau, baies de lierre, fougère, rumex, achillée, millepertuis, noyer, bouleau  …. Faute de temps, et compte tenu des quantités nécessaires pour teindre en quantité plus importante que pour mon usage personnel (à titre d’exemple, pour teindre avec du millepertuis, il faut autant de poids de plante que de fibre à teindre), je me suis tournée vers les herboristeries et quelques sites spécialisés en colorants naturels.

Quel est le végétal que tu as préféré travailler ? Pourquoi ?

Ho il y en a plein ! La bourdaine car j’aime beaucoup ce jaune or que l’on obtient avec son écorce, ou le bois de campêche qui offre une palette de nuances incroyablement large : du bleu en passant par le noir, le violet et le marron.

Quelle tricoteuse es-tu ?

Je ne suis pas tricoteuse. Et je crois que c’est trop tard pour apprendre. Je fais un peu de crochet pour faire mes pulls avec mes fils.

Peux-tu obtenir toutes les couleurs ?

Contrairement aux colorants de synthèse, les plantes ne contiennent jamais un colorant mais une diversité de colorants. Ce qui explique la richesse des nuances en teinture végétale. Ensuite il y a des couleurs qui sont plus difficile à obtenir que d’autres. Bien que le vert soit très présent dans la nature, les plantes ne font pas du vert. Pour l’obtenir, il faut des bains successifs de plantes, un pour le jaune, un pour le bleu. A ma connaissance, il y a deux exceptions à cette règle : la vigne rouge avec un procédé un peu particulier et l’extrait de chlorophylle, commercialisé par certains sites. Mais je ne l’ai jamais expérimenté.

Des projets à partager ?

Dans le futur, des ateliers et pourquoi pas des kits de teinture.

Comment faire pour acheter tes laines et découvrir tes produits ?

Vous pouvez me trouver sur certains festivals comme celui de Knit-Eat à Lyon le 6 et 7 avril prochain et celui du Fil de la Manche en Normandie les 27 et 28 avril prochains. Je propose aussi mes fils sur ma boutique en ligne. Sur Instagram, je montre au fil des jours ce qui sort de mes cuves.

Je rêve de pouvoir monter sur mes aiguilles ces superbes fils ... et vous, avez-vous peut-être déjà testé ?

Plus d'infos :
Teinture sauvage sur instagram
sa boutique
les infos pour le Festival Knit Eat
les infos pour Le Fil de la Manche

 

A propos de l'auteur : Poppy&Daisy

Tous les articles
Vous avez aimé cet article?

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

 

Commentaires

papelhilo (il y a 1 semaine, 5 jours)

les photos sont magnifiques ! cela donne envie de tricoter toutes ces belles nuances

Peggy (il y a 1 semaine, 5 jours)

Vraiment magnifique ! les nuances sont toutes belles et les photos les mettent en valeur.

Merci pour cette belle découverte !

Liseli (il y a 1 semaine, 5 jours)

Merci pour cette découverte, très intéressant!

Slania (il y a 1 semaine, 4 jours)

Merci pour cet interview! Je suis Teinture sauvage sur Instagram depuis quelque temps, et j'ai hâte de la rencontrer à la knit eat! :)

CYQLAF (il y a 1 semaine, 4 jours)

Moi qui passe mon temps à râler que je n'arrive pas à faire correspondre mes envies de laines teintes à la main et nuancées .... et mon amour de laine locale (ie Française, pour moi !), je crois que je vais tomber accro !

Cigale (il y a 1 semaine, 4 jours)

Merci pour cet article très passionnant. Les chaussettes tricotées et teintes à la main, quelle beauté dans leurs doux coloris ! Tous ces noms de plantes qui résonnent comme une belle recette appétissante ... J'ai vraiment envie d'essayer la teinture naturelle. Merci.heart

missumlaut-Kikoo (il y a 1 semaine, 3 jours)

Ah les couleurs des teintures naturelles, quel bonheur ! Félicitations particulières à l'artiste pour les verts, ils sont sublimes.