[Interview] Marie Amélie Designs

Par Stordigot le 13 avril 2018 dans Interviews

Des modèles féminins avec des constructions bien pensées et des détails intéressants. En voici un peu plus sur le parcours de Marie-Amélie.

Comment et quand as-tu appris à tricoter ?

Il aura fallu mes trois grossesses, et avoir désappris puis réappris 2 fois à tricoter pour que le tricot devienne une vraie passion pour moi.
Je viens de la couture que j’ai pratiquée beaucoup, passionnément, à la folie pendant près de 10 ans. Le tricot me semblait être beaucoup trop lent pour mon tempérament, moi qui aimais le fait d’arriver à faire en quelques jours un vêtement complexe.
Seules les grossesses qui signifiaient à la fois plus de temps et moins de mobilité m’ont permis de m’accorder le temps nécessaire pour apprendre à tricoter en autodidacte. Cependant je n’ai pas vraiment eu le déclic qui m’aurait fait délaisser la machine à coudre pour les aiguilles circulaires et sitôt mes grossesses terminées, j’ai abandonné du jour au lendemain les projets encore sur mes aiguilles à tricoter.
Il a fallu attendre l’avènement des podcasts tricot il y a 3 ans pour que la passion avec laquelle les podcasteuses parlaient de leurs projets en cours, de leurs laines et de leurs coups de coeur me donnent envie de réapprendre le tricot. Cela a correspondu aux 3/4 mois de mes jumeaux qui passaient de plus en plus de moments éveillés dont je voulais profiter tout en continuant à créer de mes mains. Et très rapidement, avec la fierté d’avoir réalisé mes premiers vêtements tricotés portables et l’envie de réaliser des projets de plus en plus ambitieux, d’apprendre de plus en plus de technique, j’ai attrapé le virus du tricot.
Et cette passion n’a cessé de se développer et m’a permis de retrouver le plaisir de réaliser des choses de mes mains que j’avais connu avant avec la couture.

Comment t’es-tu lancée dans le patronage de patrons de tricot ?

La décision de m’essayer au patronage de modèles tricot a correspondu à une crise de sens dans ma vie professionnelle. J’avais construit très vite une vie de famille qui me comblait mais je me retrouvais coincée dans une vie professionnelle épuisante dans laquelle je ne m’épanouissais pas. J’ai donc pris la décision de quitter mon emploi et de prendre le temps d’explorer la possibilité de créer mon entreprise. Après m’être égarée dans des idées d’entreprise qui ne me correspondaient pas complètement, j’ai pris du recul et me suis posée la question « quelle expérience regretteras-tu de ne pas avoir tentée si tu t’investis dans un projet qui te prendra 100% de ton temps ? ». Et la réponse est apparue comme une évidence : je voulais au moins essayer de créer des modèles, d’utiliser toutes les connaissances sur les morphologies, le seyant des vêtements, leur construction que j’avais acquises en cousant pendant des années pour les mettre au service du tricot.
Je me suis accordé une année pour explorer cette piste, en me donnant les moyens de ne faire que ça, d’aller au bout de l’expérience.
Et c’est comme ça que j’ai dédié mon temps professionnel à créer le pull Selenicereus et tous les autres modèles qui ont suivi.

Pourrais-tu nous raconter la naissance d’un patron Marie Amélie designs, de l’inspiration au produit final ?

Une de mes grosses craintes quand j’ai commencé mon activité a été d’être en panne d’inspiration. Je me demandais « mais que se passera-t-il si je n’ai plus d’idées ? ».
En réalité le travail de créativité nourrit littéralement la créativité et je déborde d’idées de modèles que j’aimerais voir un jour finir sur mes aiguilles. Quand je commence un nouveau modèle, je n’ai qu’à me plonger dans toutes ces idées, en faire émerger une et l’affiner jusqu’à ce que le modèle naisse dans ma tête.

La première étape d’un patron c’est la rencontre d’une construction, d’une forme globale, d’un détail de point ou de finition et d’une laine.
Je vérifie si le point et la laine rendent bien et calcule mon échantillon en tricotant un carré de 10cm par 10cm dans la laine choisie. Je fais tous les calculs théoriques de gradation entre les tailles que je prévois de proposer en utilisant un tableau excel que j’ai construit pour chacune des constructions que j’utilise et qui détaille très précisément toutes les opérations du patron. Je tricote ensuite un prototype dans ma taille qui servira pour les photos portées du modèle. Cela me permet de valider les différents points et de me rendre compte de certaines contraintes liées au point, à la construction ou à la forme que je n’avais pas anticipées. Je m’attaque ensuite à la rédaction du patron incluant la gradation dans toutes les tailles. Je fais appel à des tricoteuses volontaires qui vont réaliser le modèle en suivant mes instructions et me faire part de toutes les difficultés qu’elles ont rencontrées ainsi que des erreurs que comportent le patron. C’est une phase qui peut être assez difficile car il faut prendre du recul sur son propre travail et accepter les critiques pour s’améliorer et proposer le meilleur produit possible.
A l’issue de cette phase de test, je finalise le patron en français et je l’envoie à traduire en anglais.
Enfin, je fais une séance photo du modèle. A l’aide de mon appareil photo numérique, d’une télécommande, d’un flash et d’un fond photo, j’essaie de présenter de façon la plus jolie possible mes modèles.
Vient enfin la sortie du patron et sa promotion sur les réseaux sociaux. Reste à attendre de voir si le patron sera bien accueilli et à assurer le service après-vente pour aider mes clientes si jamais elles rencontrent une quelconque difficulté dans la réalisation de mes patrons.

Où puises-tu ton inspiration ?

Je puise mon inspiration dans l’univers de la mode, et plus spécifiquement dans les vêtements qui ne sont pas des tricots. J’adore le travail sur les empiècements, les mélanges de textures et de matières dans la mode. J’essaie de recréer ces détails dans les tricots que j’imagine.

Quelle laine préfères-tu travailler ? Quelles sont tes adresses favorites ?

J’adore travailler avec les laines teintes à la main parce que ces laines portent en elle la créativité de la personne qui les a teintes. Chaque teigneuse met beaucoup d’elle dans la façon dont elle travaille ses couleurs. J’aime également l’idée de travailler avec des personnes, qui comme moi, ont décidé d’orienter leur vie professionnelle vers le monde de la laine et du tricot. Le seul regret que j’ai, c’est le fait que ces teigneuses ne peuvent que difficilement s’approvisionner en laine issues de moutons français.
A côté des laines teintes à la main, j’apprécie également de travailler avec des marques de laines qui arrivent à se fournir en matières premières le plus locales possible comme De Rerum Natura ou Fonty.

Est-ce qu’il y a un point que tu aimes ou détestes particulièrement ?

J’adore le point jersey car il est la base sur laquelle il est possible de tout imaginer. Je ne me lasse pas de tricoter des mers de jersey car ce point, notamment quand il est tricoté en rond, peut être presque automatique et permet de se laisser aller à un état quasi méditatif.
Il n’y a pas de points que je déteste dans le tricot. Il y a juste des moments où je suis plus ou moins disponible d’esprit pour réaliser des points plus difficiles.

Et enfin, pour nous mettre l’eau à la bouche : à quoi peut-on s’attendre comme nouveautés dans les prochains temps ?

D’ici cet été, j’ai prévu de sortir un patron de gilet, un patron de pull et deux patrons de top. Ensuite, j’aimerais me consacrer à une idée d’ebook autour de 4 ou 5 modèles de gilets pour septembre/octobre. Voilà, rien n’est fait mais maintenant que je vous le dis, je vais être obligée de mener à bien cette idée !

Avez-vous déjà tricoté du Marie Amélie Designs? 

Pour en savoir plus

Son profil T&N

Son groupe ravelry

Ses modèles

Sa boutique

Sur patreon

A propos de l'auteur : Stordigot

Pétillante et colorée, elle ne manque jamais d'enthousiasme et d'énergie, que ce soit en couture ou au service de l'équipe de rédaction de T&N.

Tous les articles
Vous avez aimé cet article?

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

 

Commentaires

Créalaure (il y a 8 mois)

ah Marie-Amélie ! je suis fan de la 1ère heure et j'ai adoré tester deux de ses modèles ! Ses créations sont féminines et hyper intéressantes au niveau construction, on ne se lasse pas d'un modèle à l'autre ! J'ai vraiment hâte de voir les prochains modèles !

 

vanessa39 (il y a 8 mois)

C'est une belle découverte pour ma part : je ne connaissais pas cette créatrice et quelques-uns de ses modèles ont d'ores et déjà sautés dans mes favoris...

Dans les tiroirs de Jul (il y a 8 mois)

C'est très sympa d'en apprendre un peu plus, c'est une belle reconversion :)

Et les modèles sont tous plus beaux les uns que les autres !


 

 

Atelier de Claire (il y a 8 mois)

Je suis aussi une grande fan des modèles imaginés par Marie-Amélie ! Je suivais son podcast et ai tout naturellement suivi aussi son travail de créatrice quand elle s'est lancée. J'ai eu beaucoup de plaisir à tricoter le gilet Eau Gazeuse et le pull Alocasia ... presque tous ses patrons sont dans ma bibliothèque Ravelry et yapluka trouver du temps pour tous les réaliser ! De plus c'est une créatrice adorable et proche de ses tricoteuses, toujours prête à aider sur les points plus délicats. C'est grâce au KAL (Knit A Long) qu'elle avait organisé l'an dernier pour le gilet Eau Gazeuse que j'ai réussi mon 1er ouvrage en top-down, avec une foule de techniques nouvelles pour moi, qui venais du tricot à plat ... Donc merci Marie-amélie !!!

La Noueuse d'aiguillette (il y a 8 mois)

J'ai fait le Selenicereus il y a un mois et le patron est d'une limpidité!!! J'adore le résultat et j'aime beaucoup ses modèles, féminins avec LE détail qui change tout!

tellestelle (il y a 8 mois)

Je découvre... et j'aime beaucoup ! Bravo pour ces magnifiques créations.

LesFleursBleues (il y a 8 mois)

Très bel article qui donne encore plus envie de se lancer. Les photos sont particulièrement soignées et attractives, je trouve.

Slania (il y a 8 mois)

Oh oui pleins de gilets!!! :)

J'adore l'univers de Marie-amelie! Je trouve que ses modèles se démarquent bien de la sphère Ravelry.

Pour l'instant, je n'ai tricoté que Alocasia pour lequel j'ai eu un mega coup de coeur dés sa sortie. Il y a le pull-gilet Aster et le grooos gilet Senecio qui me trottent en tête depuis un moment.

Mais du coup je vais patienter pour l'Ebook hehe